Découvrez l’histoire des ’Aires Marines Educatives’ à La Réunion

A l’occasion de la Journée Mondiale des Océans ce 8 juin 2020, Antenne Réunion vous propose de découvrir l’histoire des Aires Marines Educatives à La Réunion, avec la Réserve Naturelle Marine. Au travers de belles images sous-marines et aériennes de l’île, les projets d’animation en éducation à l’environnement seront mis en lumière. Karine Pothin, directrice de la Réserve Nationale Marine de La Réunion nous en dit un peu plus sur ce beau projet. Le programme est à retrouver dimanche 7 juin à 13h10 et lundi 8 juin à 13h.

Les "Aires Marines Educatives" sont des dispositifs pédagogiques qui forment les plus jeunes à l’éco-citoyenneté et au développement durable, reconnectent les élèves à la nature et à leur territoire, favorisent le dialogue entre les élèves, les acteurs de la mer et les gestionnaires d’espaces naturels. Retour sur cette expérience riche en émotions avec Karine Pothin.

- Comment vous est venue l’idée de réaliser cette émission ?


"Il faut savoir que nous sommes dans ce projet depuis 2016. C’est un projet qui a démarré il y a longtemps dans les années 2010-2012 aux Marquises (Polynésie française). C’est un projet qui est né grâce aux élèves qui souhaitaient participer à la gestion de leur océan. Suite à cette volonté, nous avons eu l’initiative de créer une aire marine éducative. C’est une aire qui est gérée par les enfants de CM2. Et quand j’ai rencontré l’équipe aux Marquises, je me suis dit, pourquoi pas créer la même chose ici à La Réunion. On s’est positionné en tant que référent et on a commencé avec une aire marine éducative : la première avec une école de CM2, l’école centre de Saint-Leu. Aujourd’hui ça fait plusieurs années qu’on le fait et on en est à 4 aires marines éducatives. (2 sur Saint-Paul, 1 à Saint-Leu et 1 à Trois-Bassins)


Cette émission a été réalisée dans le but de valoriser ce que les enfants font dans le cadre des aires marines éducatives. C’était aussi une manière de participer à la journée mondiale de l’océan, de montrer ce qu’on a les capacités de faire."


- Tout au long de l’émission on voit que les enfants sont motivés dans le projet, vous vous y attendiez à autant d’implication de leur part ?


"On ne s’attendait pas à autant d’implication et on doit dire qu’on est plus que ravis. On a toujours travaillé avec des enfants et on se rend compte au fil des années de leur motivation grandissante pour protéger leur nature. C’est exceptionnel ! Les élèves s’impliquent au-delà de ce qu’on avait prévu. Ils ne sont pas là à subir les choses ; au contraire ils sont force de propositions. "


- Songez-vous à travailler avec d’autres écoles sur ce projet ?


"Beaucoup d’écoles nous sollicitent parce que c’est un vrai succès à tous les niveaux (éducatif, culture etc). On souhaiterait développer le projet mais il va falloir qu’on nous aide et qu’on puisse avoir d’autres moyens. Ça serait avec plaisir mais il nous faut des moyens à l’heure actuelle."


- Quels sont les messages forts que vous avez souhaité véhiculer à travers l’émission ?


"On a voulu montrer une image très positive de la mer. On voulait montrer des aspects de notre travail à La Réunion. On voulait aussi mettre en avant les enfants et leurs travaux ainsi que l’implication des instituteurs. Le but était aussi de montrer que nous ne sommes pas seuls à travailler à la protection de l’environnement. "


- Pensez-vous que le confinement va aider à un changement des mentalités sur la protection de l’environnement ?


"J’espère vraiment ! On l’a tous vu que pendant le confinement, lorsque la nature est laissée seule forcément il y a des changements positifs. On espère qu’il y aura un mieux et que les gens ont pris conscience de l’importance de la nature et qu’il faut qu’on continue à œuvrer en faveur de sa protection."


- Quels sont les bons gestes pour préserver notre océan ?


"Les bons gestes, c’est ce qu’apprennent les enfants. Ce sont des gestes simples que l’on peut tous faire. Ne pas laisser ses déchets quand on va à la plage, pas de déchets dans l’eau et encore moins sur la plage ou en arrière-plage. Respecter l’univers marin quand on pratique des activités nautiques. Ne pas faire de feu de camp, faire attention à ne pas marcher sur les coraux, ne pas casser de coraux. Les gens doivent aussi éviter de prélever. Le prélèvement est autorisé quand on a une carte de pêche sinon il faut laisser les animaux dans leur tranquillité."


- Dans quel état sont les fonds marins à La Réunion en 2020 ?


"L’état de santé des fonds marins à La Réunion est assez hétérogène. Ça dépend vraiment des endroits qui sont en difficulté de par les activités humaines, de par le problème du blanchissement des coraux. On a aussi le problème de la pollution qui arrive notamment des ravines. Mais on a aussi des sites qui sont en très bon état. On a tout le panel : il y a des sites en grand danger, des sites qui se sont stabilisés et des sites qui se sont améliorés."


- Etes-vous confiante pour l’avenir des fonds marins à La Réunion ?


"Moi je suis d’un naturel très confiant. Après c’est vrai que tout seul on ne peut rien faire. Notre équipe est composée de 16 personnes, on est tous confiants mais on sait très bien que ce n’est pas à 16 qu’on va pouvoir tout changer et améliorer l’état des récifs coralliens. C’est vraiment l’œuvre de tous ! "

Les Aires Marines Educatives de La Réunion’ c’est ce dimanche à 13h10 sur Antenne Réunion.

LES AUTRES NEWS DE Emission d’information événementielle
 
 

Jeu des séries

Tablette

Gagnez une tablette Samsung chaque semaine !