Guigs : ’’Ma famille a suivi Génération RunStar aux quatre coins du monde !’’

Il s’appelle Guillaume mais vous pouvez l’appeler Guigs ou même Chouchou ! Il a remporté la dernière édition de Génération RunStar après 6 semaines de compétition. La chanson n’est pas le seul de ses talents puisqu’il fait aussi de la copoeira et surtout il est le roi de la blague ! Guigs est une personnalité pleine d’énergie et de bonne humeur ! Rencontre avec ce talent qui va faire parler de lui.


A quel âge as-tu commencé à chanter ?
En fait, j’ai d’abord été musicien. J’ai commencé la guitare à 12 ans. J’habitais alors au Gabon. C’est mon voisin qui m’avait montré quelques bases de guitare mais j’ai surtout appris en autodidacte. Puis à 17 ans, j’ai fait du piano. A cet âge, je suis retourné en métropole et je me suis lancé dans le rap. C’est là que j’ai commencé à écrire des chansons et à chanter. C’est à 25 ans avec le gospel que j’ai découvert ma voix. J’étais timide et je n’osais pas pousser ma voix en chantant seul. Avec le gospel, j’ai pris confiance en moi. J’ai fait des rencontres à Montpellier et j’ai participé à des scènes ouvertes. Une fois ici, j’ai participé à plusieurs concours comme Le grand casting Océan Indien où je suis arrivé premier.


Tu as une vie de globe-trotteur. Peux-tu nous parler de ton enfance ?
Je suis franco-zaïrois. Mon père est ingénieur ferroviaire donc ma famille a beaucoup bougé. Je suis né dans le Val d’Oise. Nous sommes partis au Zaïre, pays d origine de ma mère, quand j avais 15 mois. A 7 à ans, je suis rentré en région parisienne pendant 3 ans. Puis, on a vécu au Gabon. A 17 ans, je suis parti à Montpellier où je suis resté pendant 12 ans. J’y ai fait mes études supérieures. Ma grande sœur habite en Guyane. Son mari est martiniquais et vietnamien. Et puis, j’ai aussi de la famille au Canada, en Belgique, en Suisse, et à La Réunion !


Justement, qu’est ce qui t’a amené sur notre île ?
J’avais envie de venir découvrir La Réunion depuis longtemps. Après mes études d’orthoptiste, je cherchais à quitter La France. J’ai trouvé un poste à Saint André et je suis venu tenter ma chance. Je suis arrivé en 2011 avec une simple valise. Au départ, j’habitais un petit appartement avec juste un clic clac, une table, des plaques de cuisson… et même pas de frigo. Mais je me suis tout de suite senti chez moi ! Ca m’a rappelé l’Afrique où j’ai passé une bonne partie de mon enfance. Et puis, les gens me prennent souvent pour un réunionnais !


« J’avais peur d’être ridicule sur la chanson en créole »


Quelle a été la réaction de tes patients en te voyant dans Génération RunStar ?
Ils étaient surpris ; mais positivement surpris. Ils ont découvert une autre facette de moi ! J’ai eu beaucoup de messages d’encouragement. Certains patients me demandent de chanter mais je ne le fais pas au travail. Car quand je commence à chanter, je ne peux plus m’arrêter !


Comment tu as vécu l’aventure Génération RunStar ?
J’ai aimé chaque étape de l’émission : les activités avec les parrains, les répétitions en studio, la scène à Champ Fleuri accompagné par l’extraordinaire orchestre des Soupaks et le voyage à paris pour retrouver Phil Barney. Il y avait un côté colonie de vacances !


Qu’est ce que t’a apporté l’émission ?
Comme je suis plutôt timide, Génération RunStar m’a aidé à vaincre cette timidité. J’avais parfois l’impression d’être tendu, surtout lors du 5ème prime sur la chanson en créole. J’avais la pression car je voulais montrer aux Réunionnais que je m’intéresse à la culture locale, que c’est un honneur pour moi de chanter en créole. Mais j’étais complètement stressé et je n’ai pas réussi à me mettre dans la chanson. J’avais peur que l’on se moque de moi et j’avais l’impression d’avoir complètement raté ma prestation. J’ai eu peur de mal faire en fait. Du coup, quand j’ai été nominé à la fin de ce prime et que tout a failli s’arrêter pour moi, j’étais vraiment dépité ! Heureusement, ça n’a pas été le cas !


« M’inspirer de chaque style sans aller jusqu’au bout. »


Tu vas donc enregistrer un single suite à ta victoire dans Generation RunStar. Peux-tu déjà nous donner quelques informations sur ton projet ?
Pour une reprise, j’aimerai une chanson comme ‘Under’ de Alex Hepburn ou ‘If There is any justice’ de Lemar. J’aime aussi Steevy Wonder ou Graig David. Si je pars sur une compo, j’en ai déjà plusieurs en stock. J’ai envie d’aborder différents styles. J’aime la musique africaine comme l’artiste africain Lokua Kanza, que je connais d’ailleurs grâce à ma maman. Mais j’aime aussi la pop soul, le hip-hop, le reggae ! J’aimerai mélanger tout ça ! Et puis, j’ai découvert ici la musique de La Réunion. J’espère collaborer avec Sayaman (ndlr : un des groupes de Djouns) et SSKyron. J’ai envie de m’inspirer de tout ça. C’est un peu comme si j’étais au milieu d’une étoile et que chaque branche était un style musical.


Pour en savoir plus sur Guigs, retrouvez-le en chat vendredi 20 novembre à 13h00. Vous pourrez lui poser vos questions !
>> Accédez au chat

LES AUTRES NEWS DE Génération Run Star 2015
 
 

Jeu des séries

Tablette

Gagnez une tablette Samsung chaque semaine !