Louise

Helena Noguerra : "La tolérance vient de l’amour que l’on porte aux autres"

Celle qui incarne Agnès dans ’Louise’ s’exprime sur la série.

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce projet ?

Les thèmes liés à la question du genre m’intéressent. De manière plus générale, je suis très impliquée dans tout ce qui concerne les libertés individuelles. Je suis féministe et je le revendique. Mais féministe, ça veut aussi dire humaniste. Faire ce genre de projet est important. Qu’une chaîne comme TF1 propose cette fiction, vouée à toucher un large public, est assez nouveau. Et j’aimais l’idée que ce sujet difficile soit aussi abordé sur le ton de la comédie, comme l’a fait Pedro Almodovar il y a 30 ans. J’ai l’espoir que nos choix artistiques puissent avoir un impact sur les pensées et les mœurs des gens. Si je pouvais aider à un changement d’état d’esprit auprès de personnes plus fermées sur cette question, ce serait une belle satisfaction.

Comment décririez-vous Agnès ?

Agnès a été blessée par un mari qui l’a quittée pour des raisons très personnelles. Lorsqu’il revient après plusieurs années dans la peau d’une femme, elle ne réagit pas très bien. Un peu conservatrice dans sa vision du monde, elle a des difficultés à admettre le changement de sexe de son époux et envisage tout pour fuir cette situation choquante pour elle. Je ne la crois pas vraiment réac’ dans l’âme. Si elle n’était pas directement concernée, je pense qu’elle n’aurait pas autant de problème à accepter les choses. Mais confrontée à la réalité, avec ses enfants et les conséquences que ce retour pourrait impliquer, elle est affolée et réticente. Pourtant, Agnès a beaucoup d’amour en elle, ce qui va lui permettre d’accepter ce que son mari est et demande à être. La tolérance vient aussi de l’amour que l’on porte aux autres et je pense qu’elle a ce trait de caractère.

Comprenez-vous qu’Agnès n’ait jamais répondu aux lettres de son mari après son départ ?

Je peux le comprendre même si, personnellement, je ne réagirais pas du tout comme elle ! A sa place, je serais plutôt du genre à accompagner mon mari à l’hôpital pour l’aider dans sa démarche ! J’ai assimilé ce genre de choses depuis très longtemps. Certains de mes amis ont été opérés quand j’avais 18 ans. Ce sont des personnes que j’admire et qui ont été des modèles de femmes que j’ai copiés plus jeune. Pour moi, elles représentaient le top de la féminité par leur gestuelle, leurs attitudes…

Qu’avez-vous essayé d’apporter à votre personnage ?

Je ne sais pas trop. Symboliquement, Agnès pourrait être le regard du public. C’est peut-être à travers ce personnage que l’on trouve le chemin vers l’acceptation. Arnauld Mercadier, le réalisateur, me rappelait souvent que ce personnage n’était pas moi. Il m’incitait à être moins cool par rapport à la situation. Dans la vie, j’essaye toujours de prendre le bon côté des choses. Autant accepter les événements, surtout quand on ne peut rien y changer !

C’est votre troisième collaboration avec Arnauld Mercadier. Etait-ce rassurant pour vous de le retrouver ?

Oui, j’avais tourné avec lui il y a plusieurs années un téléfilm, En bas de l’échelle, et nous sommes devenus amis par la suite. Le retrouver était agréable et confortable. Lorsque je débute un tournage, je suis toujours pleine de doute. Avec Arnauld, j’étais en confiance. Ça m’a désinhibée. Il y a moins de timidité et donc plus de liberté. Même si ça n’empêche pas d’être parfois en désaccord !

Comment était l’ambiance sur le tournage ?

Je garde le souvenir d’un tournage à la fois sympathique, doux et studieux. Je ne connaissais pas les autres comédiens et je n’ai fait que de belles rencontres. Tout le monde était heureux d’être sur le plateau.

Parallèlement à votre carrière de comédienne, vous venez de publier votre nouveau roman « Ciao Amore ».

Oui, j’adore écrire et j’aimerais le faire plus souvent, mais vivre de la littérature est compliqué. Et quand je joue, je ne peux pas écrire car j’ai la tête totalement occupée par mon personnage. Je travaille actuellement sur un projet de scénario mais je ne peux pas le faire seule car j’ai besoin d’une personne qui connaisse ce format moins libre. Pour écrire un script, il y a des clefs que je ne maîtrise pas. Et je suis encore trop indisciplinée !

LES AUTRES NEWS DE Louise
 

Jeu des séries

Tablette

Gagnez une tablette Samsung chaque semaine !