Léo Mattéi

Florence Maury : "Jeanne est discrète et à l’écoute"

Fidèle des réalisations de Kad et Olivier et de grandes comédies françaises à l’image des "Tuche", Florence Maury s’illustre aussi dans des séries policières à la télévision ou à la radio. Actuellement sur les planches du Théâtre de la Michodière où elle joue "Le dîner de cons", la comédienne dévoile les aspects de son rôle de psychologue dans "Léo Mattéï".


Vous incarnez Jeanne Delorme, la psychologue de la Brigade des mineurs...
Jeanne est une femme discrète. Elle est dans une posture d’écoute des enfants impliqués dans les diverses affaires. Elle veille à ne pas être trop dans l’empathie car elle est amenée à affronter des situations parfois dramatiques. Pour tenir, Jeanne s’impose une certaine distance à l’égard de son métier.


Quelles sont ses relations avec Mattéï ?
Jeanne est la seule personne de la brigade à pouvoir le recadrer, car elle le connait bien. Il lui a d’ailleurs demandé de rejoindre son unité. Il mesure les limites à ne pas franchir avec elle et, comme elle est aussi plus âgée que Clara et Jonathan, leur relation n’est pas du même ordre. Il ne peut pas la berner car, en étant à l’écoute et en l’observant, elle sait quand Mattéi va bien ou quand il va trop loin dans un interrogatoire. Si elle connait son passé, elle ne sent pas légitime pour en parler aux autres membres de l’équipe. Mais il faudra patienter encore un peu pour connaître les sujets qui les unissent...


Comment avez-vous préparé ce rôle de psychologue ?
Hormis la construction de son passé, de son histoire familiale, j’ai essayé de creuser autour du texte et du scénario. J’ai aussi échangé avec des professionnels de la Brigade de protection des mineurs de Paris et réfléchi avec les réalisateurs. Ensuite, le travail sur le plateau avec les enfants permettait d’approfondir l’échange.


Vous jouez avec des enfants des scènes parfois très tendues...
Mon métier consiste à ressentir des choses, que ce soit avec des partenaires adultes ou enfants. La seule difficulté dans le jeu avec de jeunes comédiens réside dans le fait qu’ils se fatiguent vite et qu’il est difficile de multiplier les prises, au risque de perdre leur spontanéité.


Comment s’est passé le tournage ?
J’ai fait de très belles rencontres, avec les réalisateurs notamment. Xavier Gens et David Morley, venus d’univers différents, ont proposé deux visions dans leur direction d’acteurs. Une expérience passionnante que j’ai adorée ! Et tout le travail avec les comédiens, de passage ou récurrents, et l’équipe technique a été formidable.


Vous jouez dans divers registres et vous êtes en ce moment sur les planches dans « Le dîner de cons ». Quel genre préférez-vous ?
J’aime tout ! L’approche est différente selon le style et le support. Par exemple, pour pouvoir faire rire dans la comédie, il faut être extrêmement précis : tout repose sur la qualité du texte initial. Mais j’aime tous les genres et surtout ceux que je n’ai pas encore découverts !

LES AUTRES NEWS DE Léo Mattéi
 

Jeu des séries

Tablette

Gagnez une tablette Samsung chaque semaine !