Zone Australe

Zone Australe - Episode du Jeudi 08 septembre 2016 - Madagascar : artisanat et art malgache

Zone Australe - Episode du Jeudi 08 septembre 2016 - Madagascar : artisanat et art malgache

Une terre naturellement riche, des mains expertes et minutieuses travaillant la matière.


Tels sont les deux secrets de l’artisanat emblématique de Madagascar. Un savoir faire hors du commun ... mais aussi un art qui raconte une histoire… celle du peuple malgache.


A 36 km du centre ville de Antananarivo, ces chemins escarpés des rizières conduisent les visiteurs dans la localité d’Antanatibe. Un village de tisserands où la technique de tissage de rabane demeure ancestrale, transmise de génération en génération.


Retour dans la capitale malgache, dans le quartier nommé "67 hectares". Si vous poussez la porte de cette pièce, attiré par le doux bruit des outils travaillant le bois, vous y découvrirez l’atelier de Salomon. Cet artiste sculpteur s’est entouré d’une vingtaine d’employés, tous de sa famille.


La sculpture est façonnée, rabotée et polie dans du bois de rose, bois d’ébène, palissandre récupérés après le passage des cyclones. Faire de la récupération une œuvre d’art… C’est là toute l’ingéniosité des artisans malgaches.


Pour fabriquer ces voitures, ces avions, ces villageois récupèrent des boites de conserve. La magie opère ensuite lorsque ces mains expertes découpent et façonnent avec précision ces figurines en métal.
 
Preuve que la terre de Madagascar est riche, … les gisements de pierres précieuses. La Grande île, est l’une des terres les plus fertiles en gisement avec le Brésil. Dans l’atelier Clair obscur de Marie-Ange, l’éclat de ces bijoux provient d’un savant mélange de savoir faire et de créativité.

Après l’achat de la matière brut auprès des chasseurs de gisements, les pierres sont taillées puis posées sur de l’argent ou de l’or. Un réel travail d’orfèvre exclusivement fait main qui respecte les anciennes traditions des bijoutiers… de la fonte de la matière jusqu’à l’incrustation des pierres. 


Ces bijoux sont ensuite vendus dans les boutiques de grands hôtels à Antananarivo. Ou exportés à Nice en Europe ou encore aux États-Unis.


Mais l’artisanat malgache souffre aujourd’hui d’un manque de visibilité notoire. D’abord sur la grande île elle même. Des touristes qui boudent le centre ville et un marché artisanal délocalisé, difficile pour les artisans de promouvoir leur travail ; Un artisanat qui souffre parfois d’une image trop normalisée.


Alors cet homme François Xavier Mayer compte bien exporter le "made in Madagascar" un peu partout dans le monde. Issue dune famille native de la grande île depuis 7 générations, François Xavier Mayer emploie actuellement 30 collaborateurs malgaches.


 


 L’identité de sa marque : le 100 % fait main, par des malgaches et avec des produits uniquement malgaches. Tout en respectant la tendance de la mode. Des actions s’engagent aujourd’hui en vue de développer un peu plus l’artisanat malgache et de lui faire traverser les frontières. 


Des actions pour que ces petits artisans puissent davantage exister sur la scène internationale. Mais surtout protéger ce savoir faire authentique et unique au monde.

LES AUTRES EPISODES DE Zone Australe
Commentez cet article
 

Jeu des séries

Tablette

Gagnez une tablette Samsung chaque semaine !